Intrigue #2

Titre de l'intrigue

Proin rutrum ipsum sit amet rutrum ullamcorper. Class aptent taciti sociosqu ad litora torquent per conubia nostra, per inceptos himenaeos. Integer in cursus lorem. Proin rutrum ipsum sit amet rutrum ullamcorper. Class aptent taciti sociosqu ad litora torquent per conubia nostra, per inceptos himenaeos. Integer in cursus lorem. Class aptent taciti sociosqu ad litora torquent per conubia nostra, per inceptos himenaeos. Integer in cursus loremi...
Lire plus

à adopter de toute urgence !

Coups de ❤

Rumeurs

Allen, ce cher Allen... Il aurait semblerait-il avoué... En public ! Être masochiste... Vérité ou mensonge à vous d'en juger.
Camille et ses contactes physiques incessants, envers une exorciste qui plus est ! Harcèlement sexuel ? Amour interdit ?
Serenity, nouvelle infirmière très populaire auprès des exorcistes... Offrirait-elle quelques services spéciaux ?
Wisely ne se balade jamais sans Gamako et fait profiter des propriétés visqueuses de son ami à tout le monde, serait-il amoureux de sa grenouille ?
Shiro, un maréchal, prendrait exemple sur un certain disparu roux et se lancerait dans le détournement de mineur....
Komui, notre Grand Intendant préféré, parle presque en permanence de sa sœur, mais il semble très proche de Timothy... Inceste ou pédophile ?

Besoin d'aide?

D Gray Man Hallow

©linus pour Epicode
En bref



 

 :: Cela est plus agréable d'avoir une maison où rentrer.. :: Le coeur de la congrégation :: Bibliothèques Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Une discutions s'impose (TERMINER)

avatar


Messages : 60
Date d'inscription : 29/01/2017
Mar 5 Sep - 21:58

PV. Lavi

Une discution s'impose

UNE CITATION


Après qu’ils aient tous les deux pu échapper à Komui, Kanda s’était enfermé dans sa chambre pour réfléchir. Il en avait besoin. Il pensait maintenant être certain de ses sentiments. De là à les accepté... Après tout... le dernier être qu’il avait aimé était mort dans ses bras il n’y avait pas encore si longtemps. Mais il ne pouvait pas rester comme ça à ruminer. Non, il devait parler avec lui. Il ne supporterait pas encore longtemps que Lavi l’évite ou qu’il soit froid. Bien qu’il était lui-même mais lui c’était naturel alors ce n’était pas la même chose.

Kanda parti donc à la recherche du roux, il savait très bien qu’il était encore au QG. Au bout d’un moment, il le trouva et alla vers lui.

- Sortons un moment, allons n’importe où tant qu’on ne nous dérange pas, mais nous devons parler, tous les deux. La situation a assez duré.

Avait – il dit simplement. Déjà le faite que ces mots sorte de a bouche de Kanda, on pouvait presque dire que c’était un exploit.


©️ Yamashita sur épicode

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Avatar : Lavi - D Gray Man
DC : Camille et Hayden H. Neil
Innocence : Tettsui

Messages : 163
Date d'inscription : 21/01/2017
Localisation : ...Perdu ?
Emploi/loisirs : Bookman et Exorciste~
Humeur : Taquine~♪
Voir le profil de l'utilisateur




Lavi
Compatible
Mar 5 Sep - 23:47
Épuisante… définitivement épuisante… Entre Komui qui ne -les- l’avait pas lâché puis le fait qu’il évite -plus ou moins soigneusement- Yû pour son bien-être mentale, il avait passé une journée, une semaine, un mois -il ne savait même plus- catastrophique et à proprement parlé épuisante. Et encore, heureusement que son grand-père n’était pas dans les parages.
Il leva le pieds avant de se ramasser copieusement sur le sol à l’entrée de la bibliothèque. Le vieux ne pouvait as être dans les parages alors qu’il devait être encore chez les noah. Voilà… il se maudissait bien maintenant et son mal de crâne ne fit que s’accentuer d’avantage. Avait-il bien fait de s’enfuir ? Es-ce que cela avait au moins servi à quelque chose excepté à le mettre un peu plus dans les ennuis ? Il avait pu très brièvement revoir Allen mais… Il ne savait toujours pas quoi faire et où aller. Il était seul et complètement inutile en tant que Bookman. Il se sentait mal.

Il se redressa difficilement en se tenant à la porte, soupirant tout en passant une main dans ses cheveux de couleur feu. Il voulait bosser un peu, il s’était promis de mieux travailler en tant que Bookman… Mais entre Wisely et Kanda, il ne savait plus vraiment qui était le pire et il n’avait définitivement pas la tête à ça.
Se frappant durement les joues, il avança d’un pas décidé et ignorant sa migraine, regardant un moment dans les alentours que le kendoka ne s’y trouvait pas avant de s’installer à une table, la remplissant de livre au passage et se « cachant » derrière. Pour le reste de sa santé mentale, il ne devrait vraiment pas quitter cette pièce. Mais vraiment pas…

Sortons un moment, allons n’importe où tant qu’on ne nous dérange pas, mais nous devons parler, tous les deux. La situation a assez duré. 

Il sursauta brutalement, sautant même de sa chaise pour finir au sol en entraînant les deux livres qu’il lisait avec lui. Tout à sa lecture peu fructueuse pour oublier ses pensées, il n’avait certainement pas entendu le kendoka arriver derrière lui. Il se releva rapidement, faisant fi du léger tournis qu’il l’envahis en se tenant à la table, un livre dans son autre main. Il regardais Yû d’un air surpris… et craintif. Il avait dit quoi là ? Il… faillait qu’ils… parlent ?
Mauvaise idée, très mauvaise idée même.

Hein ? Mais… de… en faite… là… tu vois… J’étais … en train de lire. Ça ne peut pas attendre plus tard ?

Genre un siècle ou deux… ou jamais. Il devait avouer qu’il craignait la conversation qu’il pourrait avoir avec le kendoka. Cela remettait tellement de choses en question. Oui,ça l’effrayait. Il ne voulait pas se confronter à lui et à ce qu’il représentait alors qu’il avait décider de ne plus faillir dans sa mission de bookman et pour une obscure raison, il était convaincu que le japonais ne l’aiderait en rien dans cette tâche.
Non, il n’avait pas besoin d’être perdu d’avantage.

Je ne vois pas de quoi l’on pourrait parler alors… je vais reprendre mon travail…

Oui c’était encore de la fuite mais il commençait à en avoir marre de fuir alors, il ramassa le livre encore au sol avant de se repositionner en califourchon sur la chaise, rouvrant les livres à la page où il s’était arrêter pour fixer les lignes sans même parvenir en à lire un traître mots.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Messages : 60
Date d'inscription : 29/01/2017
Mar 26 Sep - 11:05
- Mis à part si lire à l’envers est à la dernière mode, où fais partie des code de la langue de ton libre, bien que cela m’étonnerais, je ne pense pas que tu sois en train de lire grand-chose. 

Kanda restait bien calme, peut – être trop même. Ces derniers temps, il s’énervait vite alors ça pouvait paraître étrange. Mais s’il s’énervait, ça ne servirait à rien, il le savait. Il eut alors qu’un long soupire et se massa les yeux qu’il avait fermés. Lui aussi ne dormait pas beaucoup comme pas mal de monde ici d’ailleurs. Il avait affronté les Noé, il en avait même vaincu, il avait avec ses camarades affronter le compte, presque tous les jours, il se retrouvait face à des Akuma de plus en plus puissant. Et pourtant, ce combat-là, contre lui-même était un des plus durs. Mais il avait pris sur lui mais si Lavi ne faisait pas de même, ils ne pourraient pas avancer. Alors le Kendoka lui prit le livre des mains, sans aucune violence pour une fois. 

- Si tu ne veux pas sortir alors nous pouvons parler ici, mais tu dois bien te douter que je ne te laisserais pas en paix avant d’avoir pu avoir ce que je veux. 

Il s’assit alors ensuite en face de lui et le fixa. Non, cette fois, il ne le laisserait pas fuir. 

- J’en ai assez que tu me fuis ou que tu sois aussi froid avec moi. Tu vas dire que je le suis aussi mais venant de toi, ce n’est pas naturel. Et même si ton air habituel n’est qu’un jeu en tant que Bookman, même si je me suis toujours énerver, je le préférais encore à comment tu es maintenant. 

Il marqua une petite pause pour laisser Lavi répondre s’il en avait envi. Il regarda ensuite autour de lui pour s’assurer qu’ils étaient bien seul. 

- Plus Tu m’évites et plus j’y pense. 

Il serra doucement le poing sous la table. 

- Je ne le dirais qu’une seule fois, mais tu ne m’es pas indifférent et depuis un moment maintenant. Bien que je me le sois toujours interdit. 

Et maintenant, c’est lui qui avait envie de fuir à grande jambe, il regrettait déjà son discours. Si Lavi le rejetait ou lui parlait mal, Kanda ne savait pas comment il réagirait. 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Avatar : Lavi - D Gray Man
DC : Camille et Hayden H. Neil
Innocence : Tettsui

Messages : 163
Date d'inscription : 21/01/2017
Localisation : ...Perdu ?
Emploi/loisirs : Bookman et Exorciste~
Humeur : Taquine~♪
Voir le profil de l'utilisateur




Lavi
Compatible
Sam 14 Oct - 11:31
Il remit rapidement le livre à l’endroit aux paroles du kendoka, faisant comme si de rien n’était et se remettant à « lire » silencieusement. Il ne voulait pas, il ne voulait vraiment pas de cette conversation. Il avait l’impression que cette conversation briserait le peu d’équilibre qu’il avait, qui lui restait. Il ne voulait rien entendre, ne rien voir. Il se faisait l’effet d’un petit enfant capricieux boudant et croisant les bras pour montrer son mécontentement mais au fond, pour cette situation, c’était un peu -voire totalement même s’il ne l’avouerait pas- cela.
Quand le livre lui fut tiré des mains, il ne bougea pas, tenté d’en récupérer un autre. Après tout, ils étaient nombreux à être étalé sur la table alors il aurait pû jouer se jeu longtemps. Mais l’envie de jouer n’était pas là et le risque d’énerver son collègue qui semblait déjà bien prendre sur lui dans leur situation était bien trop élevé. Il ne voulait pas risquer d’abîmer les livres alors, il ne bougeait pas, observant la table d’un air absent. Il voulait simplement que Yû s’ennuie de son comportement et parte. Il ne voulait pas rester avec lui plus longtemps. Peut-être devrait-il simplement se lever et partir ?

Il releva légèrement la tête, un léger sourire ironique au coin des lèvres. Il le savait bien ça, que Yû était têtu et qu’il ne le laisserait pas tranquille alors, il n’avait pas eu besoin de le dire. Mais entendre le kendoka l’avouer avait quelque chose… d’amusant. Dans une autre circonstance, il l’aurait plus que certainement ennuyé avec cela. Mais encore une fois, l’envie de jouer était tout sauf là.
Le brun s’assit en face de lui et il se força à le regarder… un court instant, avant d’observer de nouveau le bois de la table, bien plus intéressante dans cette situation. Il ne pouvait pas lui faire face et n’avait qu’une seule envie : fuir à toute vitesse. Mais cela ne servirait à rien face au kendoka et il le savait puisqu’il l’avait pratiqué un bon moment et voilà qu’il se retrouvait tout de même dans cette situation. Il soupira, totalement dépité.

J’en ai assez que tu me fuis ou que tu sois aussi froid avec moi. Tu vas dire que je le suis aussi mais venant de toi, ce n’est pas naturel. Et même si ton air habituel n’est qu’un jeu en tant que Bookman, même si je me suis toujours énerver, je le préférais encore à comment tu es maintenant.

Il releva les yeux vers lui, lui lançant un regard noir. S’il le savait, alors pourquoi venait-il le poursuivre jusqu’ici ? D’ici quelques jours, il aurait pû reprendre son jeu de bookman, même avec lui. Et même s’il se mentait en croyant cela, il aurait pû continuer à l’espérer. Mais revoir le visage de Yû devant lui, avec un air fatigué et lui annoncer qu’il préférait ses pitreries… cela ne faisait que l’énervait. Oui, c’était cela, il venait de l’énerver. Mais il serra la mâchoire, préférant ne rien dire à cela. Peut-être que Yû lui dirait simplement qu’il agit comme un gamin et qu’il s’est imaginé des trucs qu’il ferait mieux d’oublier. Bien sûr, cela lui ferait mal mais au moins, il pourrait recommencer. Il le pourrait vraiment…

Plus Tu m’évites et plus j’y pense.

Qu’il le dise… il suffisait juste qu’il lui dise qu’il n’était qu’un crétin, un idiot trop sentimentale ce qui le rendait complètement inutile et incompétent en tant que Bookman. Qu’il le dise ! « Dis-le ! » avait-il seulement envie de lui hurler. Mais il se contentait simplement de se taire, serrant la mâchoire et lui lançant un regard noir comme si cela suffirait simplement à le faire fuir.

Je ne le dirais qu’une seule fois, mais tu ne m’es pas indifférent et depuis un moment maintenant. Bien que je me le sois toujours interdit. 

Son œil s’écarquilla, marquant sa surprise. Il ne s’était pas attendu à cela… et il aurait jamais voulu l’entendre également. Alors son regard s’assombrit et il ferma les yeux, tentant de se calmer un moment. Mais quand il reprit la parole, sa voix tremblait, chacun de ses mots le blessant bien plus qu’il ne voudrait jamais l’avouer.

Pars. Va-t-en Yû… Tu va sortir, et nous allons faire comme si rien ne s’était passé. Parce que je suis un Bookman et que je n’ai pas besoin de sentiments et que toi, tu es un exorciste, une arme pour battre les akumas.

Quand il rouvrit les yeux pour observer le kendoka, son regard était suppliant. Mais c’était cela, il suppliait Kanda de partir avant qu’il ne fasse une bêtise qui les feraient souffrir encore plus tout les deux.

Je recommencerais à faire l’idiot, et toi, tu recommencera à me hurler dessus comme avant. Alors pars.

Il se leva, difficilement et tremblant, se rattrapant à la table. Il s’arrêta, penché légèrement au-dessus de celle-ci, il ferma les yeux de nouveau. Il espérait simplement que quand il se redresserait et rouvrirait les yeux, Yû serait parti. Alors, il ne su pas pourquoi se murmure désespéré franchis ses lèvres.

Je ne peux pas Yû…

Pourquoi les choses étaient toujours aussi compliqué quand cela concernait le japonais ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Messages : 60
Date d'inscription : 29/01/2017
Ven 20 Oct - 20:11
Yu Kanda & Lavi...
Une discution s'impose
     Yu avait failli partir, il avait juste eu envie de fuir la bibliothèque et la congrégation. Il se fichait de passer pour un traitre et avait l’impression de s’être simplement ridiculiser. Mais... Il avait entendu ses derniers mots...

- Je ne peux pas Yu...

Pourquoi fallait – il qu’il fasse ça ? Ne pouvait – il pas au moins le laisser partir sans remord ? Là il ne pouvait plus faire comme si rien ne s’était passé. Il se retourna presque vivement et prit les mains du roux ne lui laissant aucune possibilité de s’échapper. Il approcha alors sa tête de la sienne et vint lui voler un baiser. Et contre toute attente, il était doux et aimant.

- Que tu ne veuille pas je peux le comprendre, mais ne dis pas ne pas pouvoir. On peut tout faire ce que l’on veut, les difficultés sont parfois plus grande c’est vrai, ça peut même parfois paraître insurmontable. Mais on peut toujours aller à l’encontre de son destin et même aimer. Bookman ou non, tu es un être humain. Tu vas peut-être me haïr avec ce que je te dis et ce que je te fais. Et puis je n’ai jamais du comment parler aux autres, me montrer gentil. Même, avec Alma ou la pousse de soja.

Cette dernière phrase avait été dite sur un ton de regret.

- Je.... je sors maintenant...

Et ne savant plus quoi ajouter, ni comment réagir, il relâcha Lavi pour aller vers la porte. S’il la passait, les deux ne se verraient peut être plus jamais.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Avatar : Lavi - D Gray Man
DC : Camille et Hayden H. Neil
Innocence : Tettsui

Messages : 163
Date d'inscription : 21/01/2017
Localisation : ...Perdu ?
Emploi/loisirs : Bookman et Exorciste~
Humeur : Taquine~♪
Voir le profil de l'utilisateur




Lavi
Compatible
Ven 20 Oct - 20:43

Il n’avait pas réagit. Il n’avait purement et simplement pas pu réagir car il n’aurait jamais pensé une seule fois que le kendoka aurait été capable de faire cela. Pourtant, il aurait dû s’en douter, agir sur le coup de l’impulsion, c’était bien le genre de Yû. Mais son cerveaux avait arrêté de fonctionner correctement dès que les mains du japonais avaient effleurés les siennes avant de les saisir. Jusqu’où pouvait-il sembler idiot ? Il avait l’impression de ne pas pouvoir donner de limite. Alors, quand les lèvres du brun se posa sur les siennes, il écarquilla les yeux, entrouvrant les lèvres sans même prononcer un mot. Pourtant, n’était-ce pas chose rare quand on parvenait à le faire taire ?

Que tu ne veuille pas je peux le comprendre, mais ne dis pas ne pas pouvoir. On peut tout faire ce que l’on veut, les difficultés sont parfois plus grande c’est vrai, ça peut même parfois paraître insurmontable. Mais on peut toujours aller à l’encontre de son destin et même aimer. Bookman ou non, tu es un être humain. Tu vas peut-être me haïr avec ce que je te dis et ce que je te fais. Et puis je n’ai jamais du comment parler aux autres, me montrer gentil. Même, avec Alma ou la pousse de soja. 

Mais il n’avait pas compris un traître mot qui venait d’être prononcé. Les paroles se contentait de se bousculer dans son esprit sans qu’il parvienne à les saisir, seule la douceur dont avait fait preuve Yû restait. Alors, quand les mots « je sors » flottèrent dans son esprit, il ne pu s’empêcher de retenir Yû par la main sans même comprendre ce qu’il était en train de faire. Et sans se rendre compte de la larme qui s’était échappé, il emprisonna le visage de Yû de sa main libre pour l’embrasser à son tour, plus brutalement que l’avait fait le kendoka.

Il le lâcha aussi subitement qu’il l’avait pris, reculant vivement en se cognant contre la table derrière lui. Baissant le regard vers le sol, sa main masquait son œil vert fermé.

Je…

Il aurait voulu s’excuser. Il aurait vraiment voulu… mais il savait aussi que s’il laissait Yû partir maintenant, il ne parviendrait plus à tenir. Même s’il savait qu’il ne fallait pas, même s’il savait pertinemment que cela nuirait à son devoir et que Yû avait tort, les Bookman n’étaient pas des humains mais des archives vivantes. Ils n’avaient pas besoins des sentiments des humains, c’était la règle et il avait accepté.
Du moins, il l’avait cru il y avait longtemps de cela maintenant.

Je te hais déjà depuis un moment Yû…

Sa voix était rieuse même si elle était tremblante et un léger sourire était sur ses lèvres. En la disant, il avait récupéré la main du kendoka, un peu à l’aveuglette. Mais il avait peur, il avait tellement peur de ne plus jamais le revoir s’il franchissait cette porte. Ils avaient tellement de chances de mourir à tout moment qu’il ne voulait pas prendre le risque un seul instant de quitter Yû comme cela.

Je… Ne peux pas le dire Yû…

Tremblant un peu, il resserra sa prise sur la main du brun.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Messages : 60
Date d'inscription : 29/01/2017
Ven 20 Oct - 21:09
Yu Kanda & Lavi...
Une discution s'impose
   - Alors ne dis rien, je crois comprendre.

Il caressa à tour la main de Lavi qu’il tenait maintenant doucement. Si Lavi voulait la retirer, il le pouvait. Le japonais ne put s’empêcher de soupirer une nouvelle fois.

- On n’est pas obliger de le crier sur les toits. Il faudra simplement faire attention devant les autres. Surtout devant Komui en fait ... Ou cet abruti ne nous lâchera pas...

Kanda tremblait aussi un peu, et il avait mis du temps de se rendre compte. Et si Lavi était une bibliothèque ou des archives vivantes, lui avait – il une meilleure situation ou estime de lui-même ? Il n’était qu’une arme, qu’une arme crée de toute pièce par des humains avec l’aide de souvenirs d’exorcistes mort au combat. Il ne savait même pas si tous les souvenirs qu’il avait dans ses rêves ou ses illusions étaient réellement les siens. Et à lui aussi il lui arrivait de douter, parfois, il avait même l’impression qu’il allait exploser. En plus, il voyait de plus en plus souvent des pétales, des fleurs de Lotus, il avait même certaines fois l’impression d’avoir les pieds dans l’eau.

Kanda était peut être fort, mais il n’était pas une expérience dont on pouvait être fier, il était une expérience rater, qui avait des hallucinations visuel et sonore et qui était solitaire et cruel même avec ses camarades. Et pourtant, le voilà maintenant qui aimait et qui l’avait avoué. Quand il était avec le roux, il ne pensait plus à tout ce qui le tracassait, il avait l’impression qu’il pouvait se sentir bien, se sentir heureux. Et en même temps, il se demandait s’il en avait le droit. Comme tout le monde ici, il pouvait disparaitre du jour au lendemain. Et puis, en tant qu’expérience raté, qui pouvait prédire s’il ne se détruirait pas lui-même un jour. Et on pouvait rajouter à la liste son tatouage qui à chaque utilisation, lui prenait chaque fois des semaines, mois ou années de vie.

- C’est fou hein.... Deux qui se sont toujours interdit d’aimer, pour des raisons différente, qui se sont retrouver à s’embrasser...


Il se laissa alors tomber sur la chaise près de lui.


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Avatar : Lavi - D Gray Man
DC : Camille et Hayden H. Neil
Innocence : Tettsui

Messages : 163
Date d'inscription : 21/01/2017
Localisation : ...Perdu ?
Emploi/loisirs : Bookman et Exorciste~
Humeur : Taquine~♪
Voir le profil de l'utilisateur




Lavi
Compatible
Sam 21 Oct - 11:39
Il ferma les yeux, se calmant au rythme des caresse que Yû faisait sur sa main. Il faisait peut-être une erreur en cédant ainsi, mais il n’était plus à une erreur près dans son parcours. Le vieux ne lui pardonnerais sans doute pas celle-là toutefois… N’était-ce pas la pire de toute ?

On n’est pas obliger de le crier sur les toits. Il faudra simplement faire attention devant les autres. Surtout devant Komui en fait ... Ou cet abruti ne nous lâchera pas…

Il rit doucement, retira la main qui cachait ses yeux pour oser un regard vers Yû. Pas qu’il était timide mais… il ne savait toujours pas comment faire… ou que dire. C’est fou ce qu’il pouvait être silencieux quand il se mettait à être sérieux. Mais il n’avait absolument pas le coeur à faire l’idiot et… il avait peur. Le kendoka n’était vraiment pas du genre à blaguer avec se genre de chose. Surtout avec ce genre de chose donc il ne doutait pas du brun. Non, c’est de lui qu’il doutait. Des réactions qu’il pourrait avoir et qui pourrait blesser le brun hors, il n’avait pas envie de ça.

C’est fou hein.... Deux qui se sont toujours interdit d’aimer, pour des raisons différente, qui se sont retrouver à s’embrasser... 

Il eut un vague sourire, un peu triste. Il ne s’était pas interdit d’aimer pour ça part. Il n’y avait seulement jamais pensé. C’était jamais entré dans l’équation un seul instant. Décidément, beaucoup de choses s’était passé et avaient changé depuis qu’il avait mis les pieds à la Congrégation.
Il repensa furtivement à son combat contre Road puis ses successive rencontre avec Wisely. Décidément, il faisait bien une terrible erreur. Perdu dans ses pensées, il sursauta quand le brun se laissa tomber sur la chaise juste à côté et il reste planté là quelques minutes sans bouger en le regardant.

...Tout à commencé parce que tu avais un rhume Yû… évites de tomber malade, je n’aimerais pas que tu embrasses d’autres personnes à cause de la fièvre~

Il était encore un peu raide mais il avait retrouvé sa voix normal… bien que plus basse que d’habitudes. Il fit donc le tour de la table, récupérant un livre au passage avant de s’affaler sur la chaise en face de son… collègue ? Hum… ami ?…
Il rougit, ne voulant pas penser du tout à ce mot et recourbant les jambes sur le rebords de la chaise pour ouvrir le livre sur ses genoux. A l’envers, encore une fois… mais il ne fallait pas sérieusement lui demander de travailler là.

Le monde est fou depuis longtemps Yû… sinon, aucun de nous ne serions là…

Reprit-il toutefois tout en posant ses yeux sur les lignes en fronçant les sourcils. Décidément, il ne comprenait pas se nouveau dialecte…
Hum… Inutile de dire qu’il n’avait pas remarqué qu’il tenait le livre à l’envers n’es-ce pas ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Messages : 60
Date d'inscription : 29/01/2017
Sam 21 Oct - 12:49
Yu Kanda & Lavi...
Une discution s'impose
   


Kanda ne put s’empêcher d’avoir un sourire en le voyant faire, pas un de ses sourire sadique ou qu’il arborait en combat. Non, un vrai sourire comme il n’avait pas eu depuis très longtemps. Il tendit la main alors pour attraper le livre que tenait Lavi et le lui rendit presque aussitôt, à l’endroit.

- Je crois que le lire dans ce sens te fera moins froncer les sourcils.

Lui-même ensuite attrapa un livre, un livre du poète Bashô, un japonais qui avait vécu au 18e siècle, peu de temps avant que le compte ne s’empare du Japon. C’était un poète qu’il affectionnait particulièrement. Ainsi, les deux pouvaient rester ensemble dans le calme et ensemble. Kanda n’était pas du genre à vouloir lui sauter dessus toute les 5 minutes non plus. Juste rester ensemble, qu’ils fassent n’importe quoi lui suffisait. Et puis Kanda était d’une nature calme quand on ne le provoquait pas et qu’on le laissait tranquille. Là-dessus, Lavi n’aurait jamais à se plaindre.

- En effet, ce monde est déjà fou, mais ce n’est pas pour autant que je laisserais le compte s’en emparer. Bien qu’il ne soit pas notre pire ennemi.


Oui, Lavi le savait surement encore mieux que lui en tant que Bookman, mais les humains entre eux pouvaient être plus cruels encore. Enfin, Kanda ne savait pas à quel point étaient l’étendue des connaissances du roux et ne le lui demandait pas. Après tout, chacun avait ses secrets. Le Japonais allait même jusqu’à ce demander ce qui se passerait s’ils gagnaient et que je compte disparaissait de nouveau. La congrégation n’aurait alors plus de raison d’être. Mais les dirigeants, les haut placés, accepteraient – ils ? Pour le moment il n’avait plus envie d’y penser et regardait Lavi d’un coin de l’œil avant de se lever.

- Je vais prendre l’air, tu veux venir ?


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Avatar : Lavi - D Gray Man
DC : Camille et Hayden H. Neil
Innocence : Tettsui

Messages : 163
Date d'inscription : 21/01/2017
Localisation : ...Perdu ?
Emploi/loisirs : Bookman et Exorciste~
Humeur : Taquine~♪
Voir le profil de l'utilisateur




Lavi
Compatible
Sam 21 Oct - 14:00
Il observa Yû un court moment avant de reposer les yeux sur son livre. En effet, c’était bien plus simple à lire dans ce sens. Toutefois, le Russe ancien avait tout de même ses côtés bien compliqué alors il poussa un bref soupir, se massant l’une de ses tempes. Oui, il avait espoir de pouvoir lire quelques lignes, surtout maintenant que le brun avait lui aussi prit un livre sur la pile honteuse qui trônait sur la table.
Ils restèrent quelques minutes comme ça mais il appréciait le calme qui s’était installé, se forçant à ne pas penser à ce qu’il venait de ce passer. Un peu plus, et il pourrait faire comme s’il avait rêvé et que rien ne c’était passé. Cela aurait peut-être permis de reprendre un peu de prudence et surtout de distance… même si cela briserait assurément autre chose.

En effet, ce monde est déjà fou, mais ce n’est pas pour autant que je laisserais le Comte s’en emparer. Bien qu’il ne soit pas notre pire ennemi. 

Abandonnant son livre, il leva les yeux vers le kendoka, réfléchissant aux paroles qui venait d’être dites. Pas notre pire ennemi… non, pour la plupart des Exorcistes, c’était les êtres humains les vrais ennemis. Et au vu du nombre de guerre qu’il avait compté, il ne pouvait pas leur jeter la pierre. Ne pensait-il pas la même chose ? Et pire encore avant d’être ici… Il admirait parfois comment Yû pouvait dire de telle chose avec un air aussi détaché. Pas qu’il n’en était pas capable lui mais il lui fallait bien plus d’effort ces derniers temps.
Wisely avait sûrement dû avoir raison du peu de sérénité mentale qui lui restait.

Je vais prendre l’air, tu veux venir ? 

Il lança un regards à la pile de livres avant de se lever à son tour, hochant la tête pour approuver la sortie. Cela ne servirait à rien, il ne parviendrais pas à travailler de tout façon. Reposant son livre sur la pile, il récupéra sa veste d’exorciste au passage qui traîné sur le dossier de la chaise la passant d’un air absent.

Je te suis Yû.

Parce que, décidément, il avait toujours aimé prononcer le prénom de Yû et que cela ne semblait pas vouloir changer. Il repoussa la réflexion que c’était depuis longtemps qu’il aimait l’appeler ainsi pas seulement pour l’embêter mais aussi parce qu’il était l’un des rares à le faire.
Et dire qu’il était venu se réfugier dans la bibliothèque pour le fuir… Comme quoi, on ne pouvait pas toujours tout prévoir.
Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
D Gray Man :: Cela est plus agréable d'avoir une maison où rentrer.. :: Le coeur de la congrégation :: Bibliothèques-
Sauter vers: